News

Peacock song

Peacock song

En abordant notre deuxième semaine de voyage, nous avons le sentiment de rentrer dans le vif du sujet. Le week-end correspond à des jours de célébration et, outre les bus qui débordent littéralement de passagers, des haut-parleurs installés près de petits temples de fortunes dédiés au dieu Ganesh, crachent des mélodies assourdissantes. L’agression sonore est à chaque coin de rue, les odeurs fortes, l’agitation permanente. Nous trouvons le calme dans l’ancien quartier français de Pondicherry. A la tombée de la nuit, les familles investissent le bord de mer autour de vendeurs ambulants. Miles escalade avec d’autres enfants la grande statue de Gandhi qui surplombe la promenade.

IMG_0872_web

Pour notre semaine dans l’école de l’association indienne qui nous accueille (cette association est soutenue par l’association française de parrainage Partage dont nous vous invitons à découvrir l’action et dont nous pouvons garantir le sérieux www.partage.org), nous quittons le grouillement des villes pour la campagne aux paysages luxuriants, mêlant les rizières aux plantations de cocotiers.  Ici, le temps semble s’être arrêté. Sur la route, nous croisons des charrues traînées par des bœufs ; des paysans font sécher le mil à même le bitume, faute de place dans les champs. Peu d’engins agricoles, la plupart des agriculteurs arpentent les champs pieds nus. Des habitats en briques et aux toits de palmier subsistent à côté des maisons en dur.
IMG_0982_web

Nous sommes hébergés dans un centre de l’association à une petite heure de route de l’école dans laquelle nous intervenons. Les conditions sont spartiates et la communication avec le personnel qui ne parle que tamoul est rocambolesque, mais tous nous manifestent les plus grands égards et une extrême gentillesse.

L’école elle-même regroupe près de huit-cent enfants, de 2 à 12 ans, venant des campagnes voisines. L’uniforme est de rigueur, les enfants nous observent du fond de la cour, nous saluent de loin en riant ; les plus hardis viennent nous demander d’où nous venons et quels sont nos noms.IMG_1392_web

 

On nous présente un petit groupe d’enfants triés sur le volet pour leurs qualités musicales, accompagnés de leur professeur qui ne parle que tamoul. Ils nous accueillent en chanson :

 

Nous comprenons rapidement que ce sera plus simple de travailler avec eux et nous leur proposons des petits jeux musicaux pour faire connaissance et briser la glace.

Rapidement, la classe décide de choisir le paon pour le mettre au centre de leur chanson.

Le deuxième et troisième jour de notre intervention, il n’y a pas d’école, en raison de fortes pluies qui ont touché la région. Cependant, nous retrouvons nos petits chanteurs à la motivation intacte, venus malgré la fermeture de l’établissement. Ils ont visiblement beaucoup répété une première chanson avec leur professeur d’anglais et leur professeur de musique. Un petit groupe de danseuses vient s’y greffer. Elles répèteront une chorégraphie sur la chanson composée autour du paon.   Les enfants cherchent en permanence le contact avec Miles dont la réserve lâche peu à peu. Au bout du troisième jour, il joue à chat et cache-cache dans la cour de l’école comme si de rien n’était.

IMG_1541_web

 

Au bout du quatrième jour, la rigueur de la répétition porte ses fruits. Les danseuses nous accueillent dans de magnifiques costumes de paon loués spécialement pour l’occasion ; les chanteurs sont calés. A l’issue de l’enregistrement, l’ensemble des maîtresses est convoqué pour poser autour des enfants. Magnifique défilé de saris, les enseignantes ici sont presque toutes des femmes. On nous remet finalement une quarantaine de dessins de paon, ceux que nous donnerons aux enfants lors de notre prochaine étape en Indonésie. Ils sont magnifiques, souvent ornés de paillettes.
 

IMG_1565_web

 

 

Nous poursuivons notre route vers Pondicherry où nous retournons quelques jours, à la rencontre des musiciens.

Toutes nos photos sont disponibles sur notre album

 

10 Comments

  1. Fred dit :

    ‘Mi Kwabo*’ les aventuriers !

    Merci de nous faire partager vos rencontres et expériences via ce blog et facebook. N’ayant toujours pas de compte FB, je parviens tout de même à vous saluer et vous encourager dans ce périple qui commence très bien. On voit que Miles prends petit à petit de l’assurance avec les enfants du pays :)

    Je vais regarder les vidéos à mon retour en France.
    Les photos sont magnifiques Fred, que de couleurs ;)

    Fred from Africa
    *Bonjour en Béninois

  2. Raphaelle dit :

    Magnifique! Ca commence tres fort, déjà de belles rencontres et du gros niveau… Ta voix m’emeut toujours autant Peggy! Vivement le prochain post!

  3. Capsule Café dit :

    Magnifiques photos… Voir ces enfants aux sourires sincères et généreux nous transportent dans un autre monde !

  4. Ethan-Etanosse dit :

    J’adore vraiment !!! Ils sont à notre niveaux !

  5. admin dit :

    Salut Ethan !
    Ils s’en sont sortis comme des chefs et surtout ils ont adoré vos colombes. Dis bonjour à toute la classe de notre part, Peggy, Fred et Miles

  6. admin dit :

    Hello Fred !
    Merci de ton message ! si tu veux je te rajouter sur notre mailing list pour que tu aies des nouvelles régulières. Es-tu revenu du Bénin ? On s’éclate vraiment, Miles aussi. Bref, on comprend tout ce que tu nous as dit! on t’embrasse, P F et M

  7. ArtNova dit :

    Bonjour jolie famille,

    Vous êtes magnifiques, vos photos sont belles, nous avons beaucoup de chance de vous connaitre…Merci de vos partages, de votre joie de vivre…Peggy, vous m’aviez caché votre belle voix, je suis très admirative et heureuse de la découvrir.

    Miles a l’air heureux…

    Je vous embrasse tous les trois

    Silvia(coiffeuse)

  8. admin dit :

    Merci beaucoup Silvia de ce gentil mot qui nous fait très plaisir ! Douces pensées de Bali pour vous et votre famille…